Aller au contenu

Guest in Time

Un label pour sa chambre d’hôtes ou son gîte : avantages et inconvénients

L’une des étapes clé de la création de sa location saisonnière est le choix d’appartenir à un label ou non.

Qu’est-ce qu’un label ? 

Un label est un signe distinctif porté sur une marque ou un produit qui atteste de sa qualité et de son contrôle par un organisme indépendant habilité et agréé par une autorité administrative (en l’occurrence Atout France). En effet, les labels sont en général créés par des organisations professionnelles ou des organismes publics.

Aujourd’hui en France, la réglementation de la location d’hébergements touristiques reste très limitée. En effet, il aura fallu attendre 2018 pour que le gouvernement promulgue la loi Elan (Sénat, 2018) qui vise à régir et à poser un cadre pour la location de logements particuliers à des fins touristiques.

Loi Elan promulguée le 24 novembre 2018

Cette loi délimite la durée maximale annuelle de 120 jours par an pour les locations de résidences principales. Le loueur doit donc occuper son logement 8 mois minimum par an. Sauf obligation professionnelle, raison de santé ou cas de force majeur. A présent, les loueurs devront dans obtenir un numéro d’enregistrement pour les villes ayant mis en place cette procédure. Ces villes sont actuellement : Paris et communes de la petite couronne (départements des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne), ou dans une des 10 autres communes de plus de 200 000 habitants (Lyon, Bordeaux, Annecy, Nice…). Ils devront ensuite, publier ce numéro d’enregistrement de l’hébergement sur leurs annonces. Toutes les locations de résidences principales seront assujetties au maximum de 120 jours de location par an. Finalement, les plateformes de ventes en ligne devront bloquer les offres louées plus de 120 jours par an (uniquement dans les villes ayant mis en place un numéro d’enregistrement). Les sanctions, pour non-respect de ces conditions, peuvent aller de 5 000 à 10 000 euros par annonce pour les loueurs et jusqu’à 50 000 euros par annonce pour les plateformes de réservation en ligne sur lesquelles l’annonce sera publiée.

Mais cette loi n’informe en rien le voyageur sur la qualité de l’hébergement. Effectivement, elle ne confère aucune aide ou aucun avantage aux propriétaires de chambres d’hôtes, gîtes ou meublés de tourisme. Dans ce contexte, on peut donc se demander s’il n’est pas nécessaire de rejoindre un label.

Guest in Time étudie pour vous les avantages et les inconvénients à rejoindre un label pour votre hébergement touristique indépendant.

Les avantages de la labellisation

La labellisation est avant tout lié à une volonté de reconnaissance de votre activité et de votre hébergement. Ainsi, le label pour votre location saisonnière vous apportera de nombreux avantages.  

Bénéficier de la notoriété du label

L’avantage principal d’appartenir à un label est bien entendu de pouvoir bénéficier de sa notoriété. En effet, si votre gîte ou votre meublé de tourisme est labellisé, vous profiterez des retombées des actions de communication et de promotion de ce label. Le principal objectif d’un label est de se faire connaître et d’être reconnu par les voyageurs. Le second objectif d’un label est d’être garant d’un certain niveau de qualité des établissements affiliés. Vous bénéficierez donc d’une image de qualité reconnue par la clientèle.

Avoir à disposition des outils et des conseils

La plupart des labels mettent à votre disposition des outils de gestion des réservations, des supports marketing, mais surtout des conseils juridiques et parfois commerciaux. Certains vous proposent même de souscrire à des contrats d’assurance responsabilité civile ou des contrats d’assurance annulation. Ces assurances ont l’avantage d’être parfaitement adaptée à votre activité.

Ces éléments vous permettront de vous sentir plus encadrés dans vos décisions et vos actions quotidiennes. Ils vous permettront de participer à une dynamique collective et vous donneront un cadre dans lequel évoluer.

De plus, vous pouvez bénéficier, chez certains labels, d’un accès à une centrale d’achat. Cette centrale d’achat vous donnera accès à des produits d’ameublement et d’équipement pour votre hébergement à prix négociés.

Obtenir des aides pour la réalisation de votre projet

La plupart des aides régionales, départementales ou autres, exigent votre affiliation à un label pour déclencher l’autorisation d’une subvention. Il s’agit pour eux d’un gage de sérieux, de qualité et de pérennisation de votre activité qui les rassure quant à l’attribution de cette aide financière.

Choisir un label vous permettra donc de lancer votre activité, d’augmenter votre volume de vente et de la pérenniser.

Les inconvénients de la labellisation

La labellisation impose un certain nombre de contraintes auxquelles vous devrez adhérer pour pouvoir obtenir ce label pour votre location saisonnière.

Respecter des normes

Pour obtenir une labellisation, vous devez respecter un cahier des charges bien précis et propre à chaque label. Les normes garantissent généralement le niveau de confort de votre établissement  ainsi que le respect de normes sanitaires ou environnementales. Mais elles peuvent également concerner votre stratégie tarifaire, votre décoration, votre niveau d’hospitalité, l’environnement de votre établissement, etc… Chaque label créé ses propres normes. Elles seront plus ou moins souples et objectives selon que le label bénéficie de subventions ou qu’il s’agisse d’une structure associative. Pour veiller au respect de ces normes vous serez soumis à des visites de contrôles surprises ou fixées dans le temps (environ tous les 5 ans). La première visite vous permettra ou non d’obtenir ou non le label.

le coût d'adhésion

L’adhésion à un label inclut systématiquement un coût. Ce coût peut aller de simple frais de dossier à payer au moment de l’adhésion à des coûts d’adhésion additionnés à une affiliation obligatoire à la plateforme de réservation du label induisant une commission sur les réservations. Chaque label possède sa propre façon de se rémunérer. Et cette rémunération peut induire des coûts cachés, que l’on n’estime pas ou mal au moment de l’adhésion. Elle peut également inclure des clauses d’exclusivité ou d’engagement auxquelles vous devez être attentifs.

La perte d'indépendance

En obtenant un label, vous rejoignez une équipe, une collectivité qui vous rassure et vous apporte du soutien. Vous respectez leurs normes et leurs stratégies commerciale et de communication. Grâce à ces éléments, vous vous assurez une clientèle régulière. Cependant au fil du temps vous risquez de perdre en créativité, en identité, en innovation et surtout en indépendance. En appartenant à un label, vous appartenez à un groupe qui prend par conséquent plus de temps à agir et à réagir, vous serez maintenu dans un cadre et vous pourrez avoir le sentiment d’être brimé. Si vous vous sentez l’âme d’un entrepreneur et que la possibilité de faire évoluer votre établissement selon vos envies et celles du marché, le label peut s’avérer être étouffant pour vous.

Se poser les bonnes questions avant de rejoindre un label pour sa location saisonnière

Rejoindre un label pour sa location saisonnière peut donc être un véritable atout quand on lance son activité d’hébergement, mais forcément ces avantages viennent avec un coût.

Avant de prendre votre décision, vous devez vous poser les bonnes questions, identifier ce qui vous tient à cœur. Quelles sont vos envies pour votre projet de création de gîtes ou de chambre d’hôtes ? A quoi êtes-vous prêt à renoncer pour adhérer à un label ? Quels avantages voulez-vous qu’un label vous apporte? Pouvez-vous bénéficier de ces avantages par vous-même, sans passer par un label ? Quelles sont vos priorités ?

Autant de questions qui vous permettront de prendre votre décision. Mais avant de faire votre choix, prenez le temps d’étudier chacun des labels qui existent sur le marché des hébergement touristiques indépendants en France. Chacun de ces labels possèdent ses avantages et ses inconvénients, mais il y en aura certainement un qui correspondra plus à vos besoins qu’un autre.

Guest in Time reviendra sur les différents labels existants à ce jour dans un prochain article, d’ici-là, pour en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter.

Partager cet article :

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email

Autres articles

Comment encaisser vos réservations sereinement
Conseils en commercialisation pour les locations saisonnières
Sophie Audrin

Comment encaisser vos réservations sereinement ?

Entre les acomptes, les arrhes, le paiement du solde, les canaux de distribution directs et indirects, qui ne s’est pas posé la question : « comment encaisser facilement et sereinement mes réservations ? ». Dans cet article, je vous propose un classement des solutions d’encaissement par moyens de paiement que vous pouvez proposer aux voyageurs pour payer les acomptes, les arrhes et le solde de leur réservation

Read More »
Saison 2022 ajustez la stratégie commerciale de votre hébergement touristique
Crise sanitaire et locations saisonnières
Sophie Audrin

Saison 2022 : ajustez la stratégie commerciale de votre hébergement touristique

Dans cette revue de presse, nous ferons le point sur l’environnement des hébergements touristiques en France suite à la sortie de crise. Puis nous essayerons de répondre à la question suivante : « comment adapter sa stratégie commerciale ». Finalement, nous reviendrons sur les développements et les nouveautés des plateformes de référencement en ligne.

Read More »
Classement et label meublés de tourisme taxe de séjour subventions
Conseils en commercialisation pour les locations saisonnières
Sophie Audrin

Classement et label pour les meublés de tourisme : abattement fiscal, subventions, taxe de séjour et chèques vacances

Pourquoi classer son meublé de tourisme ou sa chambre d’hôtes ? Pourquoi faire appel à un label pour sa location saisonnière ? Dans cet article je vous propose de nous concentrer sur les avantages purement financiers et fiscaux de l’adhésion de votre hébergement touristique à un label ou à un classement : bénéficier d’un abattement fiscal, obtenir des subventions, récolter une taxe de séjour minorée et pouvoir encaisser les chèques vacances.

Read More »
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires