Aller au contenu

Guest in Time

Quel est le plan pour le tourisme en France ?

Il s’en est passé des choses sur ce mois de novembre 2021 et notamment l’émergence d’un plan pour le tourisme en France ? C’est la réponse à laquelle nous allons essayer de répondre à travers cette revue de presse.

Alors ce Sommet Destination France ?

Où en est-on de la destination France ?Je vous en parlais dans la revue de presse du mois dernier, le 4 novembre se tenait le Sommet Destination France. Un Sommet coorganisé par le World Travel and Tourism Council, le secrétaire d’État au tourisme et Atout France. Peu d’annonces avaient été faites sur ce Sommet et nous ne savions pas à quoi nous attendre.

Étaient présents ou non…

Finalement, ce sont 60 patrons d’entreprises du voyage tel qu’Air France, Accor, Expedia, TripAdvirsor, Virtuoso, IHG, Blablacar, Club Med, Marietton, Voyageurs du Monde, Costa Croisières, Belambra, Carnival, Aribnb, CroisiEurope, Radisson, SNCF ou encore Relais et Château qui ont été conviés à l’évènement comme nous en informe L’Écho Touristique dans son article : « Sommet Destination France avec Emmanuel Macron : quelles entreprises seront présentes ? ». Essentiellement des acteurs du privé, donc.

C’est TourMag dans un article intitulé : « Sommet France : “Le plan tourisme doit être exécuté dès janvier 2022” (Jean-Baptiste Lemoyne) » qui revient sur la question suivante posée au secrétaire d’État : « Pourquoi les CRT, CDT et autres agences d’attractivités n’étaient pas conviées ? ». Selon les dires du Secrétaire d’État, il s’agissait d’un rendez-vous BtoB, les acteurs territoriaux sont quant à eux occupés dans la préparation du plan de reconquête. La responsable des Régions de France a tout de même été conviée, mais elle n’a pas pu se joindre au Sommet…

Ce qu’il faut retenir du discours d’ouverture d’Emmanuel Macron

Le Sommet s’est ouvert avec un discours du Président de la République. Vous pouvez retrouver les grandes lignes de ce discours dans l’article de l’Écho Touristique : « Emmanuel Macron : « L’heure de la relance du tourisme a sonné ».

Le tourisme devient priorité nationale

Et si l’on doit retenir une première chose de ce discours, c’est que l’on a le sentiment qu’enfin le tourisme est reconnu par un président de la 5e République pour son rôle dans l’économie du pays. Le tourisme devient « priorité nationale ».  

Privilégier le qualitatif au quantitatif

Le Président affiche clairement sa volonté de faire en sorte que la France reste la première destination mondiale. Certes… Mais pour rappel la France est peut-être la première destination mondiale en termes d’arrivées de clients internationaux, mais elle n’est pas la première destination mondiale en termes de recettes ! Elle est loin derrière les USA, l’Espagne et maintenant la Chine. Le Président évoque tout de même la nécessité d’améliorer la qualité du tourisme et d’augmenter le panier moyen par visiteur. Il évoque, notamment, la synergie de tous les métiers pour créer des expériences originales. Nous allons dans le bon sens.

Un "hub" de transport régional et international

Mais quand il nous parle de la France comme un vrai « hub » de transport régional et international, les choses se gâtent. Il y a une véritable nécessité de développer les axes de transports depuis la capitale vers les autres régions de France pour inciter les clients étrangers vers d’autres pôles d’attractivités que Paris. Mais développer les infrastructures de transports pour augmenter l’effet « hub » de la France par rapport à sa situation centrale de l’Europe, est-ce vraiment nécessaire ? Surtout quand on écoute le second objectif affiché du président de la République.

"Positionner la France comme la première destination de tourisme durable à l'Horizon 2030"

Tourisme durable et augmentation des transports long-courriers quand on vient officiellement d’apprendre que le tourisme est responsable de 11 % des émissions de gaz à effet de serre de la France, on peut se demander où se trouve la logique dans tout cela. Je vous invite à consulter l’infographie de Novethic sur le sujet des dégâts sur l’environnement engendré par le tourisme et notamment le transport. Mais le Président l’a compris, développer un tourisme plus durable, cela passe par la favorisation des circuits courts et il faudra s’appuyer sur les leviers suivants : l’innovation et le numérique.

Des tables rondes

Suite au discours d’Emmanuel Macron, les participants conviés au Sommet Destination France ont participé à trois tables rondes portant sur les thèmes suivants : l’attractivité, la transformation et les investissements. TourMag revient, toujours dans son article intitulé “Sommet France : « Le plan tourisme doit être exécuté dès janvier 2022 » (Jean-Baptiste Lemoyne) » sur les grandes lignes de ce qu’il a résulté de ces tables rondes.

Attractivité

La France possède une véritable offre en région, il faut donc répartir les flux sur le territoire. Pour cela il faut mettre en avant l’attractivité de ces régions par le marketing notamment.

Pour améliorer l’attractivité de la France, il faudra passer par l’amélioration de la qualité des services.

Finalement, les changements radicaux en termes de transition écologique sont également un enjeu d’attractivité au vu des comportements de consommation des jeunes générations.

Transformation

La transformation est nécessaire sur 3 points : le digital, l’emploi et l’écologie. Les métiers du tourisme doivent se présenter sous un meilleur jour.

Investissement

Les acteurs privés du tourisme doivent avoir les moyens d’investir.

Une belle intitiative, mais est-ce vraiment suffisant ?

Le Sommet a été salué par la plupart des acteurs du tourisme comme étant une belle avancée. Jean-Baptiste Lemoyne évoque même la possibilité d’ancrer ce Sommet comme un rendez-vous annuel : « Jean-Baptiste Lemoyne vote pour un Sommet Destination France annuel ».

Cependant, Didier Arino, directeur général de Protourisme revient sur ce Sommet dans une interview pour TourMag : “Sommet France : « S’appuyer sur les territoires pour bâtir un plan stratégique ». Il appelle à mettre en place une véritable stratégie touristique.

Il revient sur la non-nécessité d’attirer les clientèles long-courriers et de favoriser le tourisme de proximité. Mais il souhaiterait également que la stratégie touristique favorise les éléments suivants :

  • L’implication des acteurs locaux ;
  • L’harmonisation des transports et l’intermodalité ;
  • La revalorisation des métiers ;
  • La régulation des flux pour les sites sensibles ;
  • La valorisation des circuits courts ;
  • Un plan d’aide massif à la création de lits chauds ;
  • L’émergence de nouveaux projets par les acteurs locaux ;

Didier Arino nous incite notamment à « éclairer les candidats sur les véritables enjeux du secteur qui contribue souvent à l’attractivité et à un développement harmonieux de nos territoires au profit de ses habitants ».

Le plan de reconquête

Finalement, suite à ce Sommet, c’est Jean Castex qui a annoncé mi-novembre ce que le plan de reconquête du tourisme inclura. L’Écho Touristique revient sur les annonces du Premier ministre dans deux articles : « Tourisme/Jean Castex : un plan de relance à 1,9 milliard d’euros » et “Tourisme en France : Jean Castex dévoile samedi le « plan de reconquête »”.

Dès janvier 2022, le plan s’appuiera sur 3 éléments :

  • Une enveloppe de prêts s’élevant à 1,3 milliard d’euros ;
  • 600 millions d’euros d’argent frais qui servira à déployer les 5 grands piliers du plan Destination France. Une campagne de communication sur les métiers du tourisme, une montée en gamme de l’offre, aider la transformation durable et numérique, renforcer l’ingénierie, promouvoir la destination notamment à travers les événements sportifs.
  • Devenir la première destination durable au monde en modernisant le classement des hôtels.

Eh oui, le classement en étoile d’Atout France va donc évoluer pour s’adapter aux mutations du secteur du tourisme. Ce nouveau classement sera effectif à partir du 1er avril 2022. L’Écho Touristique nous en apprend un peu plus sur ce nouveau classement dans son article intitulé : « Nouveau classement hôtelier : quels critères les hôtels devront-ils respecter ? ». Cet article parle notamment du nouveau classement pour les hôtels, mais nous apprend que le nouveau classement pour les meublés de tourisme est encore confidentiel. Affaire à suivre donc…

Les premières initiatives

Suite à ce Sommet et à ces annonces concernant le plan de reconquête, plusieurs acteurs du tourisme, publics et privés, ont réagi très rapidement en annonçant la mise en place de nouveaux dispositifs. Et toutes ces premières initiatives mettent l’accent vers le tourisme durable. Une tendance sur laquelle beaucoup misent donc.

Booking.com dévoile son "Badge établissement durable"

Le Journal des Palaces nous apprend que : « Booking.com met en place le badge établissement durable pour favoriser le tourisme responsable ». Ce badge s’applique à tous types d’établissements. Il s’appuie sur 5 domaines clefs : la gestion des déchets, la consommation d’énergie et émission de gaz à effet de serre, la gestion de l’eau, le soutien aux communautés locales et la protection de la nature.

Pour délivrer le badge et créer la grille de notation, Booking.com a travaillé conjointement avec Travalyst afin de créer un indicateur fiable et un outil transparent.

Pour savoir comment obtenir ce badge, savoir si vous êtes éligible et faciliter le choix des voyageurs vers votre établissement, rendez-vous sur le Partner Hub de Booking.com.

Airbnb et son plan de revitalisation du tourisme patrimonial et rural

Airbnb marque un grand coup en annonçant son plan de revitalisation du tourisme patrimonial et rural pour la France : « Le plan d’Airbnb pour revitaliser le tourisme patrimonial et rural ».

En effet, la plateforme de réservation en ligne a annoncé une donation de plus de 5,6 M€ au programme « Patrimoine et Tourisme Local » de la Fondation du patrimoine. En parallèle elle lance un « plan global pour aider les propriétaires privés à tirer le meilleur parti de la plateforme pour financer la rénovation de leurs lieux patrimoniaux ».

Tom Travel dans son article “Airbnb devient le principal mécène du programme « Patrimoine et Tourisme local »”nous en apprend un peu plus sur ce plan.

La plateforme à l’intention de financer une série de campagnes marketing et de communication dédiées à la promotion du tourisme patrimonial français auprès des publics nationaux et internationaux. Elle mettra également à profit les technologies de sa plateforme pour faciliter la recherche et la réservation de séjours dans des demeures et édifices patrimoniaux et pour faciliter le développement de stratégies de contenu créatives. Finalement, Airbnb souhaite lancer un programme de formation à l’hébergement patrimonial en milieu rural en partenariat avec l’association des maires ruraux de France.

Atout France signe un partenariat avec Expedia et Tripadvisor

Tom Travel nous informe que pour attirer les touristes internationaux Atout France a signé un partenariat avec Expedia et TripAdvisor : « Atout France signe avec Expedia et Tripadvisor pour renforcer la visibilité des destinations françaises ».

Tripadvisor s’engage à promouvoir la destination France grâce à une campagne publicitaire ciblée et des contenus sponsorisés à hauteur de 2 millions d’euros. De plus, la plateforme partagera ses analyses de données avec Atout France, ce qui permettra d’orienter plus finement ces campagnes en fonction des clientèles ciblées et d’évaluer leur impact en termes d’image et de conversion comme nous le précise L’Écho Touristique : « Atout France signe avec TripAdvisor et Expedia ».

Finalement Atout France et Expedia s’associent, ainsi qu’à l’UNESCO pour « The Unesco Pledge ». C’est-à-dire que les deux entreprises s’engagent en faveur du voyage durable selon les termes de l’Unesco. Elles vont donc lancer des campagnes de publicité dès 2022 auprès des clientèles françaises et internationales en mettant en avant les établissements les plus vertueux.

Alentour signe un partenariat avec Vaolo

Dans la revue de presse du mois de septembre : « Le boom des plateformes de réservations : une révolution à prévoir ? » je revenais pour vous sur la nouvelle plateforme de réservation d’activités créée dans le cadre du plan de reconquête : Alentour. Et bien avant de s’être complètement déployée, Alentour s’est associé à la startup montante Vaolo comme nous en informe Tour Mag : « Tourisme durable : partenariat entre Alentour et Vaolo ».

En s’associant à Vaolo, Alentour souhaite mutualiser et créer une interface qui fonctionnera comme une passerelle numérique entre les deux plateformes.

De son côté Vaolo recrutera, formera et encadrera ses explorateurs français pour découvrir et recenser les hébergements et activités répondant à des critères spécifiques en termes d’impact socio-économique, environnemental et respect des communautés locales.

Alentour mettra à disposition ses solutions technologiques à des fins de formation et promotion lors des explorations Vaolo et cofinancera ces dernières.

Conclusion

Nul doute que ce Sommet Destination France et le plan de reconquête du tourisme engagés par le gouvernement ont eu un impact sur les lignes de conduite de plusieurs acteurs du tourisme. Tous ont pour objectif de mettre en avant la destination France. Mais les efforts, pour augmenter la qualité des services touristiques en France, restent encore flous. Nous pouvons également nous interroger sur la pertinence de devoir faire des efforts dans l’unique but que la France soit la première destination mondiale touristique. D’autant plus si l’on se fixe en parallèle l’objectif de devenir la première destination touristique durable au monde. N’est-ce pas contradictoire ? Qu’en est-il également de cette implication plus que poussée de groupes privés étrangers pour le développement du tourisme français quand nos institutions locales qui devraient être les plus à même de connaître les réalités du terrain sont écartées ?

Face à toutes ces interrogations, il n’est pas évident à ce jour de bien cerner le plan pour le développement du tourisme en France. Il est encore plus difficile de savoir quel rôle les hébergements touristiques indépendants vont jouer dans ce plan.

Quoi qu’il en soit, si ces actions permettent de favoriser la transition vers un tourisme plus durable et permettent d’assurer un certain nombre de voyageurs en quête d’hébergements pour leurs séjours en France, ce sera toujours bon à prendre.

Mais gardez à l’esprit qu’en tant que propriétaire d’un hébergement touristique indépendant, ce ne seront probablement pas ces actions qui vous permettront d’atteindre vos objectifs. Le meilleur moyen pour vous d’attirer une clientèle qui vous convient, de réaliser un taux d’occupation qui vous permet d’être rentable ou encore d’exercer votre activité d’accueil en toute sérénité sera de vous créer une stratégie commerciale pour votre hébergement.

Si vous souhaitez que je vous accompagne dans la création ou l’amélioration de votre stratégie commerciale, n’hésitez pas à me contacter. Ensemble, nous discuterons de votre projet et prendrons le temps de mettre en place un plan à votre image.

Partager cet article :

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email

Autres articles

Comment encaisser vos réservations sereinement
Conseils en commercialisation pour les locations saisonnières
Sophie Audrin

Comment encaisser vos réservations sereinement ?

Entre les acomptes, les arrhes, le paiement du solde, les canaux de distribution directs et indirects, qui ne s’est pas posé la question : « comment encaisser facilement et sereinement mes réservations ? ». Dans cet article, je vous propose un classement des solutions d’encaissement par moyens de paiement que vous pouvez proposer aux voyageurs pour payer les acomptes, les arrhes et le solde de leur réservation

Read More »
Saison 2022 ajustez la stratégie commerciale de votre hébergement touristique
Crise sanitaire et locations saisonnières
Sophie Audrin

Saison 2022 : ajustez la stratégie commerciale de votre hébergement touristique

Dans cette revue de presse, nous ferons le point sur l’environnement des hébergements touristiques en France suite à la sortie de crise. Puis nous essayerons de répondre à la question suivante : « comment adapter sa stratégie commerciale ». Finalement, nous reviendrons sur les développements et les nouveautés des plateformes de référencement en ligne.

Read More »
Classement et label meublés de tourisme taxe de séjour subventions
Conseils en commercialisation pour les locations saisonnières
Sophie Audrin

Classement et label pour les meublés de tourisme : abattement fiscal, subventions, taxe de séjour et chèques vacances

Pourquoi classer son meublé de tourisme ou sa chambre d’hôtes ? Pourquoi faire appel à un label pour sa location saisonnière ? Dans cet article je vous propose de nous concentrer sur les avantages purement financiers et fiscaux de l’adhésion de votre hébergement touristique à un label ou à un classement : bénéficier d’un abattement fiscal, obtenir des subventions, récolter une taxe de séjour minorée et pouvoir encaisser les chèques vacances.

Read More »
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires